Interview d'Yvonne Plouzennec

Publié le par laperouse-2012

Quelle est votre implication dans le projet ?

Yvonne : Elle est grande, je crois, puisque je suis là tout le temps. J’ai envie d’essayer d’apprendre. Je joue une comédienne de la troupe du Cochet qui s’appelle Armande Ménard, qui joue elle-même Madame Campan, qui était la première femme de chambre de Marie-Antoinette après avoir été sa lectrice.

Qu’est ce qui vous a donné envie de faire ce projet ?

Je suis venue pour progresser en théâtre, car ce n’est que la deuxième année que j’en fais. Je voulais absolument avancer après une première tentative l’année dernière. Je découvre que le corps est très important. Il y avait également le plaisir de partager cela avec les autres, d’apprendre avec eux, en les regardant et les écoutant.
Enfin, j’avais envie de participer à ce projet parce que j’aime Brest. Je ne suis pas brestoise, mais j’aime cette ville.

Actuellement, à quelle étape du projet en êtes-vous ?

On avance bien, je trouve. Il y a eu une sorte de déclic, comme si on avait eu besoin de toute une première progression plus lente. Après quelques soucis avec des membres de la troupe qui n’étaient pas assez disponibles, on a trouvé le bon essor. Il y a le plaisir à jouer ensemble et ça, c’est l’essentiel.
Jusqu’ici, il a fallu trouver son personnage, son caractère mais aussi son corps, sa manière de s’exprimer, de bouger, ses relations aux autres… Je commence à percevoir mon personnage, qui s’avère complexe : à la fois anxieuse et assez conformiste, qui veut bien faire mais n’aime pas qu’on critique la cour, et puis on devine petit à petit qu’elle est aussi coquine. Jouer tous ces aspects du personnage, cette complexité, est un travail très riche.

Comment envisagez-vous la suite ?

Je pense qu’il va falloir mettre les bouchées doubles pour pouvoir y arriver. J’étais venue pour le théâtre et je découvre qu’il faut qu’on travaille tout, comme le chant ou la danse. Le travail vocal, le chant est particulièrement une découverte. J’ai envie d’essayer, je tatonne, je suis le mouvement, je fais des efforts avec du plaisir. On a tous du plaisir à créer ensemble quelque chose de vivant, de drôle, des situations comiques voire cocasses.

Au-delà de vos premières attentes par rapport au projet, qu’est ce que vous avez découvert ?

Tellement de choses ! Il y a la qualité des encadrants artistiques, l’engagement de tout le monde, l’implication d’élèves de lycées professionnels et leur satisfaction, les beaux textes écrits pour l’occasion.
Peut-être qu’il y a surtout le plaisir de faire des choses avec les autres ! Je connais cela, mais ici c’est amplifié, parce qu’on est très nombreux, très variés. Je trouve que c’est aussi une histoire relationnelle, cette aventure-là. Il y a beaucoup de relations qui boostent, car tout le monde a envie de bien faire. Je trouve que ça pousse chacun vers l’avant ; chacun donne le meilleur de soi pour que ce soit beau. On travaille et on rit beaucoup. C’est aussi une belle histoire de relations humaines ! C’est notre moteur.

Publié dans Interviews

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Rémy 07/07/2012 09:55

Pour information, les éditions Pôles d'images seront présentes au village des cultures arctiques et présenteront les 3 ouvrages qu'elles ont publié sur le voyage de Lapérouse
Le messager de Lapérouse, Le voyage de Lapérouse, A la recherche de Lapérouse,