Interview de Julie Ramoné et Anne-Marie Gandon

Publié le par laperouse-2012

Quelle est votre implication dans le projet ?

Julie : Je suis Suzanne de Belair, comédienne de la troupe du Cochet qui vient de Paris, qui incarne les rôles de Marie-Antoinette et de l’Amiral de Bobenet.

Anne-Marie : Quant à moi, je joue Edwige de Vire, qui fait également partie de la gracieuse et moqueuse troupe parisienne du Cochet, et qui interprète trois personnages différents : Sidonie, la suivante de la Reine, une aérostière qui s’appelle Elisabeth Thible et la nièce de l’Amiral de Bobenet dans la dernière scène, l’Audience Amiralesque.

Qu’est ce qui vous a donné envie de faire ce projet ?

Julie : Le fait de mélanger tous les arts pour faire revivre le XVIIIème siècle. Je trouvais aussi intéressant, pour cela, d’être en costumes d’époque.

Anne-Marie : Moi aussi, il y avait le fait de jouer dans une époque que je n’avais pas du tout explorée pour l’instant.
Egalement que ce soit une création entière, avec des textes, des chants, des musiques créés spécialement pour l’occasion ; toute cette multitude d’arts.
Et puis, le fait d’être plein de monde, de travailler tous ensemble sur ce grand projet. J’ai appris plein de choses au contact de professionnels et d’autres amateurs, et c’était le but premier, d’apprendre beaucoup de choses.

Actuellement, à quelle étape du projet en êtes-vous ?

Julie : Toujours répétitions des scènes, italiennes des textes pour bien se les approprier. Répéter, répéter pour qu’on soit de plus en plus à l’aise avec nos personnages et les mots qu’ils disent. Qu’on ait de plus en plus de liberté et qu’on s’amuse – ce qui a déjà commencé depuis pas mal de temps – mais qu’on puisse vraiment se libérer.

Anne-Marie : Il y a encore quelques détails de mise en scène à régler sur certaines scènes qu’on a peu travaillé. Le regard extérieur d’Ida Hertu nous permet de bien avancer sur ces derniers réglages.

Comment envisagez-vous la suite ?

Julie : Un feu d’artifice. Un grand final, un grand spectacle tout en couleurs et en générosité ! C’est fou ce qui s’est créé avec tous ces gens qui mêlent tous ces arts. Ce sont toujours des projets auxquels on est fiers de participer.

Anne-Marie : Le spectacle arrive. On va découvrir les lieux dans lesquels on va jouer. Il faudra se rendre compte qu’on va jouer en plein air, parce qu’on a toujours répété en intérieur, finalement. Et puis une grosse envie de jouer, d’être tous ensemble, de voir se concrétiser tout ce qu’on a fait pendant toute l’année.

Au-delà de vos premières attentes par rapport au projet, qu’est ce que vous avez découvert ?

Julie : Moi, c’est le chant et la danse. J’avais toujours envie de chanter et danser sans jamais oser le faire, et là, d’être encadrée par Viviane Marc et Tanguy Cochennec, ça a concrétisé une première expérience dans ces domaines que j’ai envie de poursuivre.
Et toujours cette générosité que tout le monde apporte. C’est une expérience humaine et artistique très riche.

Anne-Marie : Moi aussi, j’étais très contente de découvrir davantage notre instrument corporel et vocal.
Ce que j’ai également beaucoup apprécié, c’est de passer entre les mains de différents metteurs en scène ou artistes professionnels. Chacun a sa personnalité, ses propres idées, au service du même projet, et mélanger tout cela était assez riche. On avait parfois une part de liberté de création, de proposition, ou on était parfois plus dirigés. C’était vraiment intéressant, ce mélange des regards.

Publié dans Interviews

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article